Total : touché mais pas coulé

Le géant français de l’énergie (pétrole, gaz et énergies renouvelables) a connu une année 2020 catastrophique. La pandémie de Covid-19 a plombé les résultats du groupe. C’est d’ailleurs tout le secteur pétrolier qui a souffert et, comparé aux autres grandes majors comme BP ou ExxonMobil, Total ne s’en sort pas si mal. Mais alors que le cours du pétrole est bien remonté, le cours de l’action Total stagne autour des 37€.

78
Total s'efforce de remonter la pente

Entre mauvais résultats et espoirs pour 2021

L’année 2020 laissera des traces pour bon nombre de sociétés. Parmi celles qui auront le plus souffert des répercussions de la pandémie figurent les compagnies pétrolières. Les conséquences cumulées de la crise sanitaire elle-même, des confinements, de l’arrêt du tourisme ou encore du choc pétrolier de mars 2020 sont terribles pour l’ensemble du secteur.

Ainsi, Total a annoncé une perte nette de 5,6 milliards d’euros en 2020. À titre de comparaison, en 2019, c’était d’un bénéfice net de 9,3 milliards d’euros dont le groupe pouvait se targuer. La crise pétrolière de 2020 a conduit Total a baissé sa production d’hydrocarbures de 9%, poussé en cela par la crise de la demande et les ajustements de l’OPEP + en matière de production.

Pourtant, tout ne vire pas au rouge pour Total. Ses résultats du quatrième trimestre (T4) 2020 ont rebondi par rapport à ceux du troisième (T3). Mais ils sont bien évidemment en dessous de ceux de 2019. Le résultat net ajusté sur un an était, ainsi, en baisse de 60% au T4. Un chiffre qui fait mal mais qui va tout de même permettre au groupe de maintenir le niveau de son dividende.

Pour 2021, Total vise une production stable et ce, même si l’inconnue règne encore sur la reprise économique et touristique. En effet, la pandémie fait toujours rage et si la vaccination rassure marchés et investisseurs, cette dernière semble prendre du retard, notamment en Europe.

Comment investir sur Total ?

L’action Total reste une des principales valeurs du CAC 40. Elle en fut même la principale pondération jusqu’en mars 2020. Depuis l’entreprise a dû laisser sa place à LVMH et ne pèse plus que 5,21% de l’indice parisien. Ce poids relatif reste un gage de stabilité en dépit des difficultés rencontrées par le groupe du fait de la pandémie. Si aujourd’hui l’action Total plafonne autour des 37€, elle présente également un fort potentiel de hausse à l’aune de la reprise économique à venir. Un investissement via des CFD est une option intéressante dans une optique de moyen ou long terme. Les CFD sur actions permettent de faire des bénéfices en cas de hausse comme en cas de baisse. Il faut, bien sûr, savoir anticiper l’évolution du marché. Une action comme Total, qui devrait finir par repartir à la hausse avec la reprise économique, pourrait convenir à ce type d’investissement.

a lire sur tradesources: “Comment trader le pétrole ?

Pour acheter des actions Total via des CFD, nous vous recommandons de choisir un courtier en ligne réglementé dans l’Union européenne et qui n’est pas black listé par l’AMF.  L’un des courtiers reconnus pour la qualité de ses analyses de marché, assurées par des professionnels, et la fiabilité de ses signaux de trading est le courtier Alvexo.

Pour procéder à un investissement sur l’action Total, il vous faut procéder comme suit :

  • Ouvrir un compte avec le courtier en ligne
  • Créditer ce compte
  • Trouver l’action Total dans l’interface de trading
  • Acheter des actions Total avec ou sans effet de levier en utilisant des CFD. N’oubliez pas de préciser votre niveau de stop de protection et de prise de profit avant de passer votre ordre d’achat.

Et voilà, vous avez investi sur Total !

Quel avenir pour Total ?

Comme expliqué plus haut, Total envisage une stabilisation de sa production de pétrole en 2021 et des ventes de gaz naturel liquéfié en hausse de 10%. De plus, l’entreprise compte à la fois réduire ses coûts à hauteur de 500 millions de dollars tout en investissant massivement, notamment dans les énergies renouvelables, pour près de 12 milliards de dollars.

D’ailleurs, pour preuve de sa volonté à aller dans le sens de la transition énergétique, Total annonce toutes les semaines des opérations dans le secteur vert. Le pétrolier a, par exemple, récemment fait savoir qu’il avait acquis pour 2,2 gigawatts de projets solaires aux États-Unis pour une mise en service en 2023.

Patrick Pouyanné, le PDG de Total, l’annonce : la société ne « veut plus croître dans le pétrole ». Pour que ce soit bien clair pour tout le monde, le groupe a décidé de changer de nom.

Il s’appellera désormais, sous réserve de validation de la part du conseil d’administration le 25 mai prochain, TotalEnergies. Un nom qui veut souligner l’engagement vert du groupe et la diversité de son offre énergétique (pétrole, gaz et énergies renouvelables).