Scalping, day trading ou swing trading ?

Avant de se lancer dans l’investissement actif, il est préférable de déterminer le style de trading qui correspond le mieux à votre profil. Tradesources fait le point sur les différences entre le scalping, le day trading et le swing trading.

847
Etes-vous adepte du scalping, day trading ou swing trading ?

Le scalping – pour les adeptes des variations

Également appelé « micro-trading », le scalping est une technique de trading qui nécessite des prises de décision rapides.

AL_FR_logos_970x250

En effet, le scalping consiste à vendre et à acheter en Bourse des ordres, à haute fréquence. La plupart du temps, les transactions s’effectuent en quelques secondes ! Il est vivement recommandé aux traders intéressés par le scalping de rester attentifs aux variations en temps réel et d’opérer avec un logiciel performant ainsi qu’un courtier en ligne pratiquant de faibles commissions lors du passage d’ordres.

La plupart des actions de scalping se réalisent sur des instruments financiers tels que les futures et les CFD (Contract for Difference). Les avantages ne sont pas des moindres : les gains sont aussi rapides que les transactions et les pertes minimisées si le trader sait utiliser les ordres stop.

Il faut se méfier tout de même des forts effets de levier propres au trading des CFD et au stress qui va avec. Les traders les plus sensibles au risque doivent se tenir à l’écart du scalping, méthode de trading plutôt agressive. A la différence, ceux qui apprécient de trader sur des marchés assez volatiles auront volontiers recours à cette stratégie.

Enfin, précisons que le trading à haute fréquence (THF) est une forme de scalping. On ne compte pas moins de 1 000 allers-retours en transaction à la seconde – certains ordres étant désormais effectués par des robots. Bref, cette approche du trading est à déconseiller vivement aux novices.

Le day trading – acheter et vendre… en une journée !

Parfait pour les investisseurs qui souhaitent exécuter des ordres au marché en moins de 24 heures, le day trading permet d’acheter et vendre le temps d’une séance à la Bourse.

Un day trader achète ou vend différents instruments financiers au cours d’une seule journée, même plusieurs fois, profitant ainsi des variations des prix, en pensant toujours à clôturer ses positions avant la fermeture.

Attention donc à ne pas avoir de position ouverte entre deux séances en raison de ce qu’on appelle les « gaps d’ouverture » des marchés, des écarts dans les cotations.

Le day trading est devenu une tendance très prisée des traders en ligne qui ont une grande disponibilité – cette technique de trading requiert du temps. Avec une connaissance du marché et une prédiction de la baisse de certaines actions, il devient possible pour les investisseurs particuliers et les professionnels de revendre avant la fin de la séance.

Par ailleurs, le day trading permet également de « shorter », c’est-à-dire de vendre à découvert. C’est une activité qui permet de générer des profits importants, mais ce n’est pas une stratégie qui convient aux traders débutants.

Comme les transactions se déroulent le temps d’une séance – environ huit heures – il est recommandé d’avoir une connaissance approfondie des actions que l’on souhaite vendre et acheter, ainsi que des capacités décisionnaires importantes.

On dit que le day trading applique la règle des « 80/20 » de la finance, c’est-à-dire, 20% de notions techniques et 80% de capacités psychologiques : gare aux états d’âmes !

Par ailleurs, le day trading s’aligne le plus souvent avec la Bourse américaine : il vous faudra être disponible de 15h00 à 22h00 heure de Paris. Des horaires décalés donc qui ne sont pas à la portée de tous.

Le swing trading – pour les spécialistes des fluctuations

Peu connue du grand public, le swing trading est une technique boursière en vogue depuis le 19e siècle.

Le swing trading est très apprécié des investisseurs particuliers car il s’adapte à un petit volume de transactions axé sur les fluctuations des devises – par exemple, les différences entre l’euro et le dollar au cours d’une journée.

al_fr_oil_970x250_v3c

Institution depuis près de deux siècles, le swing trading a même sa formule – la théorie de Charles Dow (journaliste américain qui donnera en partie son nom à l’indice de la Bourse de New York : le Dow Jones). Chaque swing trader confirmé en convient : il suffit de créer une courbe et les points de fluctuations qui coïncident entre deux valeurs afin de prévoir le moment le plus opportun pour acheter et vendre.

Pour réussir avec le swing trading, les experts réalisent généralement une étude approfondie des « impulsions » et « corrections » – les tendances haussières ou baissières des valeurs. Par exemple, si l’on prend l’exemple de l’euro et du dollar, il faudra connaître les tendances de ces derniers mois pour réussir ses opérations en swing trading.

Le swing trading requiert de solides connaissances de trading. Mieux vaut ne pas dépasser les 2% de risque par transaction et essayer des opérations sur des CFD les premiers jours pour limiter les pertes.