Les listes noires de l’AMF

L’émergence des plateformes de trading en ligne ont permis aux investisseurs particuliers de trader à la façon des professionnels sur les marchés financiers français et étrangers pour faire fructifier leur patrimoine. Devant le nombre d’offres de courtage en ligne – la concurrence est forte dans ce secteur -, il est essentiel d’opérer une sélection efficace et de se tourner vers des courtiers de qualité qui exercent en toute légalité afin de protéger votre épargne.

L'AMF tient à l’œil les sites de trading en ligne

L’AMF ou Autorité des marchés financiers est une autorité publique indépendante qui constitue la référence en matière de réglementation. Ce régulateur garde un œil vigilant sur les sites de trading et veille au bon fonctionnement des marchés boursiers. L’AMF met régulièrement en garde le public contre les activités de sites ciblant les épargnants sans autorisation et tient à jour des listes noires des sites non autorisés. Ces listes noires sont mises à jour chaque année.

L’AMF a mis d’ailleurs en place un tableau des acteurs et sites non autorisés consultable par ordre alphabétique depuis son site. On y retrouve notamment de nombreux noms de l’industrie du forex, des options binaires, des crypto-actifs (Bitcoin etc.) et toutes sortes de placements atypiques.

AL_FR_logos_970x250

Extrait de la liste noire de l'AMF des sites financiers illégaux en France Coup de balais sur le marché du trading en ligne

C’est grâce aux décisions, interventions et sanctions de l’AMF que le marché du trading en ligne a été assaini en France et dans l’ensemble de l’Europe – l’AMF collabore étroitement avec ses homologues européens. Les sites illégaux responsables de nombreuses escroqueries auprès des épargnants français ont été mis à l’index. Selon un article daté de mai 2018, le quotidien économique Les Echos affirmait que « L’AMF a fait fermer 138 sites de trading très spéculatif depuis 2014 ».

Le gendarme de la Bourse mène notamment des actions en justice pour obtenir le blocage en France de l’accès à certains sites de trading. Elle s’assure également qu’après décision de justice, ces sites illégaux n’essaient pas de rouvrir.

Autre victoire de taille pour l’AMF, elle a aussi exigé et obtenu l’interdiction des publicités sur les courtiers en ligne, trop racoleuses, faites de promesses vides sur de prétendus placements rentables.

Ceux qui disposent d’une réglementation et sont habilités à s’adresser aux investisseurs particuliers français ont l’obligation de mentionner « noir sur blanc » les risques encourus en exécutant des transactions sur leurs plateformes de trading. C’est pourquoi vous verrez souvent des avis des courtiers déclarant le pourcentage de risques de perte sur leur site en tradant sur certains produits, et ce dès la page d’accueil.

Si vous avez un doute concernant un broker chez lequel vous êtes inscrit ou avant d’ouvrir un compte, vous pouvez contacter Epargne Info Service au 01 53 45 62 00, un service de l’AMF qui vous renseignera.

CFD et cryptos, des produits très surveillés par l’AMF

Certains sites de trading en ligne mettent le focus sur un instrument financier à risque que l’on appelle en anglais « Contrat For Difference », plus connus sous l’abrégé de CFD. Ce sont des sites que l’AMF tient de plus en plus à l’œil, considérant que 90% des clients essuieront des pertes en exécutant des ordres sur les CFD, produits très risqués, généralement proposés avec un effet de levier.

a lire sur tradesources : La fièvre des cryptomonnaies : entre opportunités et risques

« Les CFD comportent des risques importants. A très court terme, il est difficile de prévoir l’évolution d’un actif sous-jacent. Si son évolution ne se fait pas dans le sens que vous avez anticipé, le risque est de perdre toute votre mise de départ et même beaucoup plus avec un effet de levier », explique l’AMF sur une page consacré aux CFD.

Rappelons que ces derniers sont soumis à des restrictions strictes depuis août 2018 en Europe, mises en œuvre par l’ESMA, le gendarme européen des marchés.

Dernière cible en date, l’AMF tient dans son collimateur les sites illégaux qui proposent d’investir sur des produits dérivés dont le sous-jacent est constitué de crypto-actifs. Les monnaies électroniques sont des produits risqués en plein essor qui ont provoqué l’enthousiasme des traders malgré l’ombre du krach pouvant survenir à n’importe quel moment.

Exemple : la dégringolade du cours du bitcoin après avoir atteint un record historique en décembre 2017 à 19 511 dollars.

Cours des cryptomonnaies
photo by Shutterstock

Le cours a de nouveau augmenté ces jours-ci, depuis sa chute. La frénésie qui s’était emparée des investisseurs pourrait bien reprendre !

Un projet de loi (loi Pacte) proposant un nouveau régime pour les crypto-monnaies en France a été adopté en lecture définitive à l’Assemblée nationale en avril dernier. Un rapport de Bercy avait tiré la sonnette d’alarme contre les risques de blanchiment, fraude et escroquerie liés aux cryptos en novembre 2018.

Quelles sont les précautions à prendre ?

AL_FR_Gold_970x250_t01

Il faut savoir que les nouvelles règlementations (LOI n° 2016-1691 du 9 décembre 2016 relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique) imposent aux brokers de proposer des comptes à risque limité afin d’éviter aux traders des pertes excessives dépassant leur investissement de départ.

En conclusion, gardez à l’esprit que toutes les professions de foi en faveur d’un « trading responsable » de certains courtiers du marché ne suffisent pas. Que vous soyez un trader expérimenté ou un trader en herbe, mieux vaut choisir un courtier bénéficiant d’une régulation qui l’engage à respecter la législation française en matière de sécurité des fonds, données personnelles et services de trading et avec, ci-possible, une présence physique en France.

Enfin, nous rappellerons les principales mises en garde de l’AMF qui appellent à des règles de vigilance stricte avant de procéder à un investissement :

  • Point de rendement intéressant sans risque élevé – A vous de garder la mesure de ces risques !
  • Allez systématiquement à la pêche aux infos (renseignez-vous sur les courtiers, intermédiaires financiers qui vous proposent des produits d’investissement)
  • N’investissez que sur ce que vous comprenez
  • Posez-vous les bonnes questions quant à la valorisation de chaque instrument financier que l’on vous propose (prix d’achat ou prix de vente).