Quand les crypto-monnaies font krach

Le secteur des crypto-monnaies connaît une période difficile. Les principales monnaies numériques, à commencer par le Bitcoin, ont vécu un véritable krach le 19 mai dernier. Certaines ont dévissé de 20%, 30% et même de 40% ! Après une année 2020 et un début 2021 qui avait vu leur valeur s’envoler à la faveur de la crise sanitaire mondiale et de ses soubresauts, les crypto-monnaies sont-elles en train de redescendre sur terre ? Ou n’est-ce qu’un passage à vide temporaire ?

40
Quand les cryptomonnaies dévissent

Plus dure a été la chute

On pensait que plus rien ne l’arrêterait ! On parle bien sûr du Bitcoin, entraînant avec lui la farandole des crypto-monnaies alternatives. Il n’en finissait plus de battre des records, avoisinant encore en avril les 65 000 dollars et faisant de ses investisseurs de la première heure des milliardaires toujours plus riches. Ces derniers, comme d’autres, ont dû passer par toutes les émotions mercredi 19 mai.

Ce qui jusqu’ici ressemblait fort à une bulle spéculative a tout simplement fait krach. Le cours du Bitcoin s’est mis à dévisser, perdant près de 40% de sa valeur avant de limiter la casse à une perte de 20% en fin de journée. Le cours a ainsi flirté avec les 30 000$, lui qui avait allègrement dépassé les 60 000$ un mois plus tôt.

Même constat sur les fameux Altcoins, ces crypto-monnaies alternatives au Bitcoin-roi. L’Ethereum, qui avait presque atteint les 4400$ le 12 mai, a dégringolé vers la zone des 2500$. Le Litecoin était encore au-dessus de la barre des 300$ la veille du krach. Il est descendu sous les 180$ ! Et il en est ainsi pour une grande partie de ses fameuses crypto-devises. Alors que s’est-il passé ? Comment le compartiment en est-il arrivé là ? Est-ce un épiphénomène ? C’est ce que nous allons essayer de voir.

Susceptibles, les cryptos ?

Si les raisons de ce krach sont nombreuses, certaines causes émergent plus que d’autres. Et parmi les coupables, un nom revient avec persistance. Celui d’Elon Musk. Celui qui était, il y a encore quelques jours, admiré par toute la communauté des cryptos traders fait désormais figure de paria. À tel point que certains ont lancé des crypto-monnaies au nom pour le moins revanchard comme la StopElon ou encore la FuckElon dont nous vous épargnerons la traduction. La cause de toute cette rancœur ? Les déclarations à l’emporte pièce du patron de Tesla.

En effet, celui-ci semble jouer avec le secteur de crypto-monnaies. Conscient de son impact significatif sur les cours, il a su jusqu’à maintenant via un seul tweet faire grimper en flèche ou chuter une crypto-monnaie ou l’autre. Ses deux victimes préférées ? Le Bitcoin évidemment. Mais aussi le Dogecoin, cette crypto-monnaie à l’effigie d’un célèbre mème d’Internet.

Le dogecoin, la crypto-monnaie à l’effigie d’un célèbre mème d’Internet

Musk a fortement participé à sa popularisation. Notamment à travers ce qui ressemble au slogan de la crypto-monnaie « Doge to the Moon », double allusion au fait de faire parvenir le cours à 1$, alors qu’il n’était que de 0,003$ avant de devenir le centre de l’attention de Musk et de la twittosphère, et à SpaceX, entreprise de Musk, qui compte financer une mission vers la Lune en Dogecoins.

Son influence sur le Bitcoin est également notable. Tesla a converti 1,5 milliards de dollars de sa trésorerie en Bitcoins. L’entreprise a, par la suite, annoncé accepter les paiements en Bitcoins puis s’est retracté. Officiellement du fait du caractère trop peu écologique de la crypto-monnaie. C’est ce dernier revirement qui est, en partie, à l’origine du Krach du 19 mai. Cette influence pose question. Et remet sur la table celle de la régulation des crypto-monnaies. C’est d’ailleurs l’inquiétude des États, et particulièrement de la Chine, qui est à l’origine du tumulte au sein du secteur. Plus encore qu’Elon Musk. La Chine a, en effet, vertement critiqué l’aspect spéculatif et l’usage à des fins criminels des crypto-monnaies, appelant de ses vœux une régulation stricte au sein de l’Empire du Milieu. Une prise de position qui a été vue comme le feu vert à la vague de vente à laquelle nous avons assisté le 19 mai.

Faut-il s’inquiéter pour le secteur sur le long terme ?

Beaucoup d’argent a disparu ces derniers jours. Rien que pour le bitcoin, c’est plus de 500 milliards de dollars qui se sont évaporés suite au krach. Et ça continue encore. Le week-end du 23 mai a vu la crypto-monnaie se rapprocher à nouveau dangereusement des 30 000 dollars avant de remonter progressivement. Elle vaut aujourd’hui près de 38 000$.

Mais quand on y pense, c’est près de dix fois la valeur du cours d’il y a un an. Alors doit-on pour autant s’inquiéter lorsque l’on possède des Bitcoins ou une autre crypto-monnaie ? Probablement pas s’il s’agit d’un investissement de long terme.

Par essence, les crypto-monnaies sont des actifs extrêmement volatiles. Ce krach n’est pas le premier. Et il ne sera pas le dernier. Cependant, il y a fort à parier qu’en dépit des craintes des États, des institutionnels ou même des investisseurs privés, les monnaies virtuelles ou cybernétiques feront partie de notre avenir proche. Et il est probable que certaines d’entre elles finissent par s’imposer pour tel ou tel usage. Les chinois, pourtant si critiques, l’ont bien compris et envisagent de lancer une version numérique de leur propre monnaie d’ici à début 2022. S’il est trop tôt pour savoir si le Bitcoin atteindra un jour les 100 000$, comme le prédisent de nombreux analystes, prédire qu’on n’a pas fini d’entendre parler de crypto-monnaies ne semble pas représenter un grand risque.