Pourquoi le Bitcoin déçoit en 2022 ?

100 000 pièces, le bitcoin ? Ce n’est pas pour demain. Valeur refuge ? Entre espoirs et déceptions, un tour d'horizon des méandres du cours de la star des cryptos.

45
Le bitcoin, entre espoirs et déceptions

Entre espoirs initiaux et espoirs déçus

Le bitcoin est-il aujourd’hui une alternative intéressante pour des jeunes investisseurs désireux de trouver une valeur refuge pour lutter contre l’inflation ? Il est vrai que des banques et grandes entreprises internationales investissent dans le bitcoin. Ces nouveaux arrivants sur le marché de la cryptomonnaie lui apportent une plus grande crédibilité.

Mais après une hausse historique du cours de la reine des cryptomonnaies s’ensuit une chute vertigineuse qui a, pour le moment, du mal à se stabiliser. Le bitcoin ne semble pas encore la valeur refuge que les investisseurs escomptaient, avec une volatilité extrême allant jusqu’à -16 %.(2

Le cours du Bitcoin a, en effet, connu ces derniers mois une grande volatilité avec une hausse exceptionnelle en novembre 2021, atteignant plus de 58 000 €. À partir de mi-décembre, la tendance s’est inversée et le cours de la reine des cryptos a chuté en dessous des 40 000 €, pour finir quasiment sous la barre des 30 000 € le 22 janvier 2022. Même si la valeur du bitcoin a ensuite connu une légère hausse fin mars (avec une valeur maximale de plus de 42 000 €), s’en est suivi une légère baisse début avril. De quoi décevoir les investisseurs qui lorgnaient sur le bitcoin en tant que possible valeur refuge.

La tentative ratée de faire du bitcoin une arme de guerre

Les cryptomonnaies peuvent-elles se substituer au système bancaire classique en temps de guerre et de sanctions financières internationales ? Grâce à leur système décentralisé et indépendant des systèmes financiers traditionnels étatiques, les cryptomonnaies ont d’abord représenté un espoir pour les investisseurs russes et ukrainiens, leur permettant de continuer à exécuter des transactions financières malgré les sanctions internationales liées à la guerre en Ukraine.

En effet, les cryptomonnaies ne sont pas encore soumises à une réglementation internationale. Leur fonctionnement est décentralisé. Il est donc plus compliqué de geler certains comptes, car il est encore possible d’acheter et de vendre ses bitcoins dans le pseudo-anonymat. Le système de blockchain des cryptomonnaies rend son fonctionnement totalement transparent (on peut accéder facilement à toutes les transactions qui ont été faites), mais il reste dans la plupart des cas anonyme (on ne sait pas qui est derrière la transaction).

D’autre part, les cryptomonnaies se sont également révélées être des moyens efficaces pour financer la lutte armée. Comme en témoigne l’appel aux dons fait par le Premier ministre ukrainien sur Twitter qui, en mettant en place trois portefeuilles électroniques (Bitcoin, Ethereum et USDT), a pu transférer en seulement quelques jours plus de 10 millions d’euros en cryptomonnaies(3).

La Russie place aussi ses espoirs dans le bitcoin. Rappelons qu’elle est actuellement le troisième mineur mondial de bitcoins(4) et possède plus de 130 milliards de dollars en cryptomonnaies(5).

Faux départ

Les sanctions financières à l’échelle mondiale ont eu pour but d’isoler économiquement la Russie, afin qu’elle ne puisse plus financer son offensive en Ukraine. C’est pourquoi la Russie a tenté de se tourner vers la cryptomonnaie. Mais, là encore, ce fut un échec, car rapidement des mesures ont été prises pour règlementer l’usage des comptes de cryptomonnaies et notamment ceux appartenant à certains oligarques russes.

De plus, le bitcoin sert surtout à réaliser des transactions ou à faire de la spéculation. Il ne peut en aucun cas remplacer les monnaies d’échange internationales. En effet, les cryptomonnaies n’ont pas une envergure suffisante pour absorber l’économie russe, qui se chiffre à environ 570 milliards de dollars(4), et sa logistique ne serait pas non plus assez puissante pour supporter les flux et les échanges économiques d’un pays tel que la Russie.

À quel point ce message vous a-t-il été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 2 / 5. Décompte des votes : 1

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Article précédentMarine Le Pen accéder à l’Élysée? Comment les marchés financiers réagissent
Article suivantJournée de la Terre : le point sur la finance verte en 2022
Chercheur et rédacteur spécialisé en finance de marché. Heureux Papa de deux enfants, Sébastien Allois contribue à diverses publications économiques, en français et en anglais. Ses thèmes de prédilection recoupent le Forex et les fonds indiciels.