Qui remportera la ” guerre des smartphones ” ?

Le mois dernier, Google annonçait qu’il ne développerait plus Android pour les smartphones chinois. Le constructeur chinois Huawei a été banni de plusieurs pays d’Europe pour installer la 5G. Avec des taxes d’importation en hausse, le géant chinois essuie déjà des pertes pour 2019. De son côté, Apple se prépare à lancer son premier smartphone 5G. La guerre technologique qui oppose la Chine aux Etats-Unis fait rage.

347
Au centre de la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis : l'enjeu technologique des smartphones

Pourquoi Huawei inquiète-t-il les Etats-Unis ?

Connu pour ses projets de télécommunications et d’ingénierie, le chinois Huawei s’est fait connaître du grand public occidental par ses smartphones aux prix défiants toute concurrence  – 100 euros contre 1 100 euros pour un iPhone. Il est aujourd’hui un acteur majeur des réseaux mobiles, leader sur la 5G, capable de déposer des brevets à la pelle.

Dans le contexte de la guerre commerciale qui oppose Washington et Pékin, la question de la provenance des équipements prend toute sa place.

En mai dernier, agitant la menace de l’espionnage industriel, le président Donald Trump a sorti un décret empêchant les réseaux de télécommunications américains d’acheter des équipements auprès de compagnies étrangères considérées à risque. Une manière de cibler clairement Huawei.

AL_FR_logos_970x250

Google a aussitôt mis fin à sa relation commerciale avec le colosse chinois. Autrement dit, Huawei ne peut plus utiliser pour ses smartphones le système d’exploitation de la firme de Mountain View.

Un coup dur pour ce dernier, qui en a directement subi les conséquences: selon un rapport publié par Forbes, ses ventes de smartphones aurait chuté entre 40 à 60% pour les premier et second trimestres. Soit un manque à gagner de 40 millions à 60 millions de smartphones, comparé à 2018.

A lire sur tradesources : La montée en puissance d’Instagram

L’écran pliable sur la sellette

Pendant ce temps, les constructeurs américains s’organisent pour remporter des marchés enviés par les Chinois. Une tâche pas si difficile à accomplir : les territoires occidentaux ne représentent que 30% de la part de marché de Huawei.
Cette semaine, l’entreprise de Shenzhen a décidé de ne plus développer de nouveaux modèles de smartphones, laissant le champ libre à Apple et aux autres constructeurs.

Alors que l’écran pliable était la nouveauté très attendue des consommateurs, la commercialisation du modèle de Huawei, “Mate X”, a été annulée.

En Corée du Sud, Samsung développe depuis 2013 un écran pliable en deux et entièrement résistant à l’eau, le “Samsung Galaxy Fold”; mais le modèle n’a pas encore été commercialisé, faute de prototype validé.

De son côté, Apple n’a pas reçu l’autorisation de déposer son propre brevet pour une technologie similaire ; il sera donc très difficile pour le constructeur américain de répliquer la technicité du “pliable”, sans la racheter à un constructeur asiatique.

Apple, en route vers la 5G ?

En Europe, Huawei n’a pas bonne presse non plus. Il y a quelques mois, le constructeur asiatique avait été accusé d’écouter les conversations des utilisateurs et d’espionner les habitants de plusieurs pays de l’Union européenne.

Alors que Huawei vient d’être classé comme une entreprise à “haut risque” par le gouvernement américain, un certain constructeur installé à Cupertino, au cœur de la Silicon Valley, pourrait bien reprendre la main…

En effet, Apple a annoncé vouloir lancer le premier smartphone adapté à la 5G, après avoir trouvé un terrain d’entente avec Qualcomm. La 5G n’étant pas encore très développée, sa connectivité ne serait disponible que sur l’iPhone 12 XS Max, la version premium du smartphone.

Par ailleurs, le nouvel iPhone n’aura plus des LED mais des OLED, technologie plus écologique et de meilleure qualité pour la résolution des photos. Un nouvel atout pour Apple, qui aurait promis d’ajouter un troisième objectif caméra afin d’améliorer sa performance photo.

AL_FR_Gold_970x250_t01

Avec un keynote particulièrement suivi cette année, Apple a réussi à créer un momentum et attiser la curiosité de ses fans.

Huawei, lui, se fait très discret, alors que Donald Trump a revu le chiffre des produits importés venant de Chine à la hausse, à près de 300 milliards de dollars.

A la fin du mois, le président américain doit rencontrer le président chinois Xi Jinping au sommet du G20 à Osaka au Japon. Le tête-à-tête est plus qu’attendu puisqu’il pourrait signer la relance des négociations commerciales entre les deux pays.