Pourquoi les FAANG sont à la peine ?

Titres préférés des traders pendant presque une décennie, les FAANG - les actions Facebook, Apple, Amazon, Netflix et Google – ont perdu de leur prestige. Détenir des actions FAANG ne serait plus si profitable. Quels signes confirment l’inversion de tendance ? Est-il encore judicieux d’investir dans les géants du net en Bourse ?

491
Pourquoi les FAANG sont à la peine?

Les FAANG en phase baissière

On sait combien la politique influence les cours de la Bourse. Un discours, un tweet de Donald Trump peuvent suffir à faire chuter Wall Street.

Pour exemple, le discours de Trump anti-FAANG lors du dernier sommet à l’ONU en septembre, au cours duquel il a remis en cause l’influence des réseaux sociaux sur la société. En seulement quelques heures, “la valorisation globale des FAANG a fondu de 56 milliards de dollars”, rapportait Bourse Directe. L’impact a été instantané sur les titres des géants de la Silicon Valley.

Par-delà ces interactions, les actions FAANG, appelées plus simplement aussi FANG, sont chères et elles ont du mal à retrouver leurs points hauts.

AL_FR_logos_970x250

Les entreprises dégagent d’importants bénéficies mais ne distribuent pas forcément de dividendes. Les investisseurs réfléchissent à deux fois avant d’acheter ces valeurs tech qui représentent près de 20% de la capitalisation de l’indice S&P 500. Elles ont été le moteur des indices Nasdaq depuis une décennie, mais sont aujourd’hui en perte de vitesse.

Si Apple et Google n’ont pas trop dévissé de leurs sommets historiques, il n’est pas certain que les actions tiendront le cap d’un cadre légal anti-trust ou celui des tensions commerciales mondiales. D’autant que les Américains sont clairement favorables au démantèlement des géants du web.

Le cas Netflix

Le géant de la vidéo en ligne, qui compte plus de 158 millions d’abonnés à travers le monde, pourrait être bientôt mis en difficulté. Disney et Apple ont annoncé le lancement prochain de leurs plateformes et Netflix devra composer avec ces nouveaux venus de poids sur le marché. À long terme, le groupe californien pourrait connaître près de 10 millions de résiliations, Disney et Apple proposant un abonnement à partir de $6.

Alors que les experts ont fortement conseillé à Netflix de s’aligner sur ces prix, l’entreprise a lourdement investi ces dernières années dans les productions originales et locales pour créer des séries ciblées selon les différentes audiences.

Si l’offre avait su convaincre les investisseurs, le double camouflet venant d’Apple et de Disney fait craindre le pire pour l’action Netflix qui a déjà perdu 46%, depuis son plus haut, en moins d’un an. Les investisseurs ont, semble-t-il, sanctionné les résultats décevants de la compagnie. Wall Street pourrait-il perdre foi en Netflix ?

Les FAANG dévoilent la fragilité de la tech

Au-delà de la perte de valeur des actions FAANG se pose la question de la solidité des GAFAM.

Pour Catherine Garrigues, directrice de la stratégie d’investissement Conviction Actions européennes chez Allianz, (Les traders) se rendent compte de la fragilité des business models des géants de l’Internet, qui reposent sur un actif (les données personnelles des utilisateurs) qui ne leur appartient pas, mais qu’ils utilisent quand même. Sans parler des risques de piratage des données personnelles”, explique-t-elle dans Capital.

AL_FR_Gold_970x250_t01

Selon l’experte, Facebook pourrait en payer les frais avec son projet de lancement de crypto-monnaie Libra. “Alors que la Libra veut supplanter le dollar, la souveraineté des Etats est mise en danger. Les gouvernements et les banques centrales ne s’y sont pas trompés et sont montées au créneau. Tout le monde commence à comprendre que c’est dangereux !”, conclut-t-elle.

Jim Cramer, expert sur les nouvelles technologies pour NBC a d’ailleurs préconisé de modifier le nom de FAANG en FAAM, afin de remplacer Netflix et Google par Microsoft.

Est-ce le début de la fin du règne des GAFA à Wall Street ? Les investisseurs du marché actions doivent se poser la question et redoubler de prudence.