Pourquoi la 5G est devenue un enjeu géopolitique ?

Aux Etats-Unis, en Europe et en Asie, la 5G a fait son apparition ces derniers mois. La cinquième génération de standards pour la téléphonie mobile promet une avancée technologique jamais vue auparavant. Malgré ce boost pour l’économie de nombreux pays dont la France, une guerre diplomatique entre les Etats-Unis et la Chine se joue dans les coulisses à même de ralentir son déploiement.

854
Retard du déploiement de la 5G en France lié à des tensions géopolitiques

Des enjeux économiques majeurs

Présentée au Consumer Electronics Show en janvier dernier à Las Vegas, la 5G compte bien révolutionner la manière dont les internautes interagissent dans le monde virtuel.

AL_FR_logos_970x250

Alors que le réseau permet une puissance dix fois supérieure à la 4G, le service pourrait venir en aide notamment aux communautés rurales. La 5G relancerait l’économie dans des secteurs délaissés, comme l’agriculture, l’énergie et les matières premières et provoquer un regain d’activités dans des zones faiblement habitées.

D’ici à 2035, la 5G pourraient générer près de 12 300 milliards de dollars dans le monde et créer près de 22 millions nouveaux emplois, dont 400 000 emplois d’ici à 2035 en France.

Ces chiffres records sont également le résultat d’une digitalisation de nombreux métiers qui seront désormais rendus possibles grâce au télétravail et au haut débit de ce réseau.

Malgré ces promesses qui pourraient améliorer la vie d’une grande partie de la population, la 5G se fait attendre dans l’Hexagone, en raison notamment d’obstacles de nature technique et géopolitique.

Alexandre Ménard, chargé du secteur télécommunications, médias et technologie au cabinet de conseil américain McKinsey, souligne au micro de RFI « qu’un certain nombre de paramètres économiques sont inconnus. Il faudra plusieurs milliards, voire plusieurs dizaines de milliards d’euros en fonction de la taille du pays ».

 Comme le rappelle une étude de l’institut GSMA, chaque mise à jour de la couverture mobile a contribué au développement de l’économie mondiale à hauteur de 0,5% pour chaque pays.

Qui développera le déploiement de la 5G ?

Si l’installation de la 5G est coûteuse, les enjeux financiers ne sont pas les seuls obstacles. En froid depuis près de deux ans, la Chine et les Etats-Unis se livrent une guerre sans merci pour installer le réseau en Afrique, en Asie et surtout en Europe.

Installation d'un réseau 5G

Pour le moment, seules trois villes américaines ont les infrastructures suffisantes pour recevoir la 5G. L’opérateur américain Verizon l’a développé dans des grandes villes comme Houston, Indianapolis et Los Angeles.

Bien que le Japon n’a pas encore de solution technique pour installer la 5G, le pays souhaite développer le réseau d’ici à 2020 pour ses Jeux olympiques; une échéance similaire pour la France, qui accueillera les Jeux en 2024. Qui s’occupera alors de cette installation historique ?

Le chinois Huawei propose des prix défiants toute concurrence occidentale – en général 30% inférieur à ses concurrents européens. Cela a permis au constructeur chinois d’être classée deuxième au rang mondial par l’International Data Corporation.

Une loi anti-Huawei

En France, l’appel d’offres a été lancé. En 2018, l’opérateur français Bouygues Télécom a annoncé un test dans les rues de Lyon, alors qu’Orange a déclaré qu’il commencerait à développer des séries d’essai à Lille, Douai et Marseille, en partenariat avec le fabricant Nokia, avec un réseau de plus de 80 antennes 5G.

Et si les galops d’essai des fabricants made in France semblent plaire aux villes en région, c’est bien le chinois Huawei qui pourrait bien conquérir la capitale… à un seul bémol près : Huawei est suspecté d’espionnage par les services secrets américains.

Huawei est soupçonné d'espionnage par les Etats-Unis

Fin avril, le gouvernement français a voté une loi ‘anti-Huawei’ pour contrôler le développement de la 5G sur son territoire. Une loi, qui, selon SFR et Orange serait anticoncurrentielle.

L’objectif, selon l’exécutif, est de répartir à parts égales le développement des antennes d’Ericsson, Nokia et peut-être Huawei. Un haut cadre d’un télécom français – qui a gardé l’anonymat – a même publié une lettre dans La Tribune en critiquant vivement la démarche du gouvernement français: “Ce n’est pas sérieux. Nous comprenons la logique sécuritaire. Mais il n’y a pas de logique opérationnelle”, a-t-il déclaré.

Il y a quelques jours, le président de la République Emmanuel Macron s’est exprimé publiquement à propos de Huawei lors de l’événement Viva Tech à Paris.

“Notre perspective n’est pas de bloquer Huawei ou une entreprise, mais de préserver notre sécurité nationale et notre souveraineté européenne. Mais je pense que le lancement d’une guerre technologique ou d’une guerre commerciale n’est pas approprié”, a-t-il déclaré jeudi dernier, rapporte l’agence de presse Reuters.

al_fr_oil_970x250_v3c

Une intervention du chef de l’Etat au lendemain de la déclaration de guerre de Donald Trump au géant chinois des télécommunications.

L’administration américaine a en effet placé Huawei sur son entity list, une liste rouge d’entreprises avec lesquelles les Américains ne peuvent entretenir de relations commerciales qu’à la condition sine qua non d’avoir reçu l’aval des autorités.

L’affrontement commercial entre Pékin et Washington a décidemment pris l’air d’une nouvelle « guerre froide » version tech !