Marine Le Pen accéder à l’Élysée? Comment les marchés financiers réagissent

Exit le Frexit? Le Pen à l’Élysée? Les marchés financiers se sont posés la question.

30
Marine Le Pen accéder à l’Élysée? Comment les marchés financiers réagissent

Ce dimanche 24 avril 2022 se tiendra le second tour de l’élection présidentielle, opposant le président sortant Emmanuel Macron, à la candidate du Rassemblement national (RN), Marine Le Pen. Les deux finalistes ont de nombreux points de divergence, comme l’a confirmé le débat de l’entre-deux-tours, notamment en ce qui concerne leur vision de l’Union européenne (UE). À cet égard, la position de Marine Le Pen semble inquiéter les marchés financiers. L’éventuelle victoire du Rassemblement national aura-t-elle un impact sur les cours de la Bourse ?

Marine Le Pen à l’l’Élysée? Les marchés financiers déjà affectés

Le contexte actuel, en raison de la guerre en Ukraine et de l’inflation qui y est liée, n’est pas favorable aux marchés financiers. Cependant, ce phénomène n’est pas le seul à déstabiliser l’économie. À l’aube d’un nouveau quinquennat, les sondages sont sans appel : la probabilité de voir Marine Le Pen accéder à l’Élysée n’a jamais été aussi élevée. Et cette éventualité a d’ores et déjà affecté les cours de la Bourse !

En effet, le 5 avril 2022, des premiers sondages ont indiqué que Marine Le Pen pourrait obtenir 48,5% des votes au second tour. Ces publications ont eu des répercussions immédiates sur la Bourse, avec une chute de plus de 2% du CAC 40 le 6 avril. Le recul de cet indice boursier est le signe que les investisseurs craignent une perturbation du marché économique. Par ailleurs, à cette même période, l’écart entre les taux d’intérêt français et allemand sur l’échéance à dix ans a augmenté. Cela signifie que les investisseurs accordent moins de confiance à la gestion de la dette française.

Or, l’évolution des marchés financiers ne concerne pas uniquement les investisseurs institutionnels. Aujourd’hui, c’est plus de 793 000 particuliers français qui sont actifs en Bourse. Un chiffre qui a notamment pris de l’ampleur lors de l’introduction de la Française des jeux fin 2019.

Mais pourquoi la politique de Marine Le Pen inquiète-t-elle tant les investisseurs ?

Le programme de Marine Le Pen pourrait conduire au Frexit

Lors des élections de 2017, Marine Le Pen avait clamé sa volonté d’en finir avec l’euro et de sortir de l’Union européenne (UE). Cette position controversée avait considérablement nui à sa campagne. Cinq ans plus tard, il n’est donc plus question pour la candidate du RN de parler de sortie de l’UE, comme elle l’a rappelé lors du débat de l’entre-deux-tours. Pourtant, les investisseurs s’inquiètent. À y regarder de plus près, le programme de Marine Le Pen semble conduire inéluctablement à un Frexit.

En effet, Marine Le Pen a des intentions qui vont à l’encontre des principes de l’Union européenne. Elle souhaite notamment renforcer les contrôles aux frontières, et donc limiter la libre circulation des personnes, pourtant garantie par l’espace Schengen.

Par ailleurs, la candidate espère voir naître une alliance entre les nations, qui remplacerait progressivement l’UE. Et cela dans le but de préserver une plus grande souveraineté nationale. Dans la même logique, Marine Le Pen souhaite que le droit national prime sur celui européen. Cette idée, contraire aux traités, équivaudrait à réduire à néant le droit européen.

Ainsi, si le départ de l’Union européenne n’est pas officiellement revendiqué par la candidate du Rassemblement national, son programme s’oppose à ses règles. En conséquence, à moins que les 26 autres États membres n’acceptent de renégocier les traités européens, Marine Le Pen agirait en opposition avec ceux-ci. Ce qui exposerait la France à des risques de sanctions économiques, ou à une obligation de sortie de l’UE.

Le programme de Marine Le Pen serait défavorable à certaines entreprises

Au-delà d’un éventuel Frexit, le programme de Marine Le Pen nuirait à certaines grandes entreprises françaises. Par exemple, sa volonté de renationalisation des autoroutes serait néfaste pour Vinci et Eiffage. À l’inverse, les banques et les entreprises du luxe seraient portées par une réélection d’Emmanuel Macron, lui-même ancien banquier.

À quel point ce message vous a-t-il été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des votes : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Article précédentQuelle est la tendance de trading pour l’été 2022 ?
Article suivantPourquoi le Bitcoin déçoit en 2022 ?
Chercheur et rédacteur spécialisé en finance de marché. Heureux Papa de deux enfants, Sébastien Allois contribue à diverses publications économiques, en français et en anglais. Ses thèmes de prédilection recoupent le Forex et les fonds indiciels.