Un homme peut-il changer l’histoire des cours ?

39
Un homme peut-il changer l’histoire des cours?

Par choix ou par erreur, certains acteurs économiques peuvent impacter l’histoire des cours, au moins temporairement. C’est le cas de l’industriel chinois Xiang Guangda, fondateur du groupe Tsingshan, une entreprise métallurgique dont l’activité principale est la fabrication d’acier inoxydable.

Il avait parié sur la chute du Nickel, ce métal nécessaire aux batteries de véhicules électriques (EV) dont la production ne cesse de croître à travers le monde. Mauvaise intuition. Non seulement la demande pour le métal est restée forte, mais en plus, les prix du Nickel ont atteint des records en raison de la guerre en Ukraine. La Russie en est l’un des principaux producteurs.

Seul contre tous ?

Jusqu’ici pas de quoi paniquer. Xiang Guangda n’est ni le premier, ni le dernier industriel à prendre une position contraire aux tendances du marché. Mais l’homme d’affaire chinois n’est pas un inconnu dans le secteur. Les activités de son entreprise sont si conséquentes qu’une seule de ses décisions peut entraîner des répercussions disproportionnées sur les marchés.

Et cela n’a pas loupé. La London Metal Exchange (LME), principale place où s’échange cette matière première a tout simplement suspendu la cotation du nickel pendant plusieurs jours, « paralysant » l’ensemble du secteur, explique BFM, et ce, jusqu’à la réception de garanties financières qui ont pris la forme de rachats forcés.

Un record historique…de 145 ans

Les mesures d’urgence imposées par la LME s’expliquent par la flambée des cours, mise en perspective avec l’exposition colossale de certains acteurs comme Tsingshan. Le seuil symbolique des 100.000 dollars la tonne avait été franchi au terme d’une envolée de 250% en deux jours, situation inédite depuis 145 ans. Le problème est que, dans le même temps, les positions sur le nickel prises à découvert auraient pu entraîner des pertes potentielles estimées à 2 milliards de dollars pour l’industriel.

Tout est Nickel désormais…

Mieux vaut prévenir que guérir. Fermeture de la bourse pour quelques jours. Les garanties ont été apportées depuis, et la situation a pu retrouver un semblant de normalité.

À quel point ce message vous a-t-il été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des votes : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Article précédentLa guerre des voitures électriques aura-t-elle lieu ?
Article suivantQuand le Salvador, la crypto s’éveille…
Chercheur et rédacteur spécialisé en finance de marché. Heureux Papa de deux enfants, Sébastien Allois contribue à diverses publications économiques, en français et en anglais. Ses thèmes de prédilection recoupent le Forex et les fonds indiciels.