Trading : éviter les mauvais réflexes !

2
mauvais réflexes !

Des investisseurs débutants ont accusé de grandes pertes en plaçant leur épargne au gré du hasard, sans vraiment comprendre les rouages de la bourse. Pour éviter le désastre, mieux vaut investir en bourse avec l’esprit averti, en appliquant quelques conseils de base.

Alors que faut-il faire pour prévenir les échecs en bourse ? Voici une liste des principales erreurs à éviter.

Erreur 1 : ne pas diversifier son portefeuille

En général, les investisseurs cherchent à associer les dividendes les plus juteux avec la fiscalité la plus allégée. Ce raisonnement les conduit à préférer les valeurs de rendement françaises au sein d’un Plan d’épargne en actions (PEA).

Or, il importe d’étaler ses investissements sur différentes zones monétaires pour protéger son portefeuille contre la volatilité globale. En effet, le Dollar américain est une devise refuge. Il y a un effet mécanique sur les marchés boursiers. Quand ces derniers baissent, le dollar a tendance à remonter par rapport à l’euro, et inversement. De ce fait, même si la fiscalité des actions étrangères sur le compte-titre est moins avantageuse que celle d’un PEA, elle peut être compensée par un rendement global plus fructueux.

Le même problème se pose sur l’absence de diversification sectorielle. Pour rappel, voici une liste des 10 secteurs en bourse :

  • Énergie (pétrole et gaz)
  • Matériaux de base (chimie, matières premières)
  • Industries (bâtiment et matériaux de construction, biens et services industriels)
  • Biens de consommation (automobiles et équipementiers, agro-alimentaires et boissons, produits ménagers et soins personnels)
  • Santé
  • Services aux consommateurs (distribution, médias, voyages et loisirs)
  • Télécommunications
  • Services aux collectivités
  • Services financiers (banques, assurances, services financiers, immobilier)
  • Technologies

Cette liste fournit une base intéressante pour composer un portefeuille d’actions diversifié. En effet, une mauvaise conjoncture pour affecter un secteur entier. Donc les conséquences peuvent s’étendre, même si vous avez investi dans des actions de différentes sociétés.

En outre, et pour en revenir à la diversification géographique, certains secteurs sont sous-représentés en France, comme les technologies, dont les leaders sont principalement américains, tandis que d’autres sont sur-représentés, comme le secteur bancaire. Ainsi vous sécurisez vos investissements en les répartissant sur plusieurs secteurs et différents pays.

Vous l’aurez compris, la diversification est le maître-mot pour investir les bourses, qu’elle soit sectorielle ou géographique. Pour limiter les pertes donc, pensez aussi à choisir différentes classes d’actifs (actions, obligations, matières premières, etc.).

Erreur 2 : prendre inutilement des risques

Beaucoup d’investisseurs sont tentés par la prise de risque, avec l’idée de gagner de l’argent facile rapidement. Cette croyance trouve un fondement dans la cinématographie du genre, mais aussi dans les médias financiers et certaines pratiques de traders aguerris.

Les investisseurs qui font ce raisonnement, se précipitent donc sur des valeurs qui ont fortement baissé, avec l’espoir de récupérer promptement leur investissement quand le cours retrouvera une valeur moyenne. Cependant, la bourse n’est pas un jeu où l’on mise comme au casino. Agir ainsi, sans prendre en considération les réalités opérationnelles des sociétés sélectionnées, est naïf et hasardeux. Le risque est de récolter une moins-value durable.

En pareil cas, la tentation est grande de vouloir recommencer pour effacer ses pertes, ce qui peut au contraire conduire à une escalade de la situation.

En fin de compte, il aurait été plus sage de miser sur des titres de sociétés solides, dont les profits et les cours de bourse augmentent lentement mais sûrement.

Erreur 3 : accorder trop d’importance au dividende

Les investisseurs particuliers tombent souvent dans le piège qui consiste à privilégier les valeurs qui présentent les rendements les plus élevés. Pourtant, cette caractéristique reflète généralement l’état de sociétés sans croissance, ou pire en décroissance. Ces dernières présentent donc un profil de risque élevé. Pour prendre un exemple éloquent, le rendement de Coca-Cola est peu élevé, en revanche il croît de manière constante depuis plusieurs décennies.

Erreur 4 : investir dans un fonds commun de placement

Une erreur classique consiste à confier votre argent à un fonds commun de placement, géré par un professionnel. Les études montrent (ex. SPIVA 2021) que 90% des fonds actifs ont une performance inférieure à celle de l’ensemble du marché financier.

En outre, il faudra tenir compte de la facturation de frais divers (frais administratifs, frais d’entrée, de retrait, d’achat, d’opération, de gestion, etc.), dont l’impact réduira la performance de votre investissement.

La solution la plus avantageuse, est de se tourner vers les fonds passifs, comme les fonds négociés en bourse (FNB) ou Exchange-traded fund (ETF). Ces fonds ont l’avantage de fonctionner de manière passive, et donc automatique, ce qui engendre des frais réduits. En tant qu’investisseur, il est préférable de se focaliser sur la croissance des profits, plutôt que sur un dividende extraordinairement élevé.

Erreur 5 : investir sans comprendre

Il ne faut pas voir l’investissement boursier comme un jeu ou une loterie. Si vous comptez sur la chance pour accroître vos investissements, vous risquez d’accumuler les déconvenues. En bourse investir est une véritable compétence qu’il faut développer pour espérer réaliser des profits.

Un investisseur averti achète des actions de manière consciente et réfléchie. Il analyse ses propres fautes pour en tirer des leçons et éviter de reproduire les mêmes erreurs à l’avenir. Il investit également du temps pour tirer parti de l’expérience des investisseurs aguerris (livres et articles de spécialistes, études scientifiques, interviews d’investisseurs de renom, etc.).

Alors avant de penser « action à acheter », mieux vaut prendre le temps de construire une stratégie que vous comprenez.

Erreur 6 : ignorer la liste AMF

L’AMF est l’Autorité des marchés financiers. Il s’agit d’une autorité publique indépendante qui a pour objectifs de protéger l’épargne investie en produits financiers, d’informer les investisseurs et de veiller au bon fonctionnement des marchés financiers.

Elle publie des listes qui répertorient les acteurs ayant fait l’objet d’une mise en garde ou ayant usurpé l’identité d’un acteur régulé (AMF liste noire). Ces listes sont mises à jour régulièrement, mais ne peuvent être exhaustives, compte tenu de l’apparition régulière de nouveaux acteurs non autorisés.

Dans le même esprit, elle édite des listes pour renseigner les épargnants sur les acteurs officiels et donc fiables (AMF liste blanche).

Les autres erreurs à éviter

Nous avons listé les erreurs les plus communes qu’il faut garder en tête. Néanmoins, il en existe de nombreuses autres, comme :

  • Investir dans des actions individuelles
  • Se précipiter sur les introductions en bourse
  • Accorder trop d’importance aux performances récentes
  • Raisonner à court terme
  • Ne pas investir les bourses sur le long terme
  • Miser exclusivement sur les actions en forte chute
  • Acheter haut et vendre bas
  • Investir les bourses sans se fixer une discipline
  • Ne pas échelonner ses investissements
  • Avoir un excès de confiance en soi
  • Accorder sa confiance à des tiers sans utiliser son discernement
  • Suivre sans considération les effets de mode
  • Être incapable de réviser son jugement
  • Perdre son self-control
  • Investir une somme en sachant que l’on pourrait en avoir besoin dans un avenir proche

 

À quel point ce message vous a-t-il été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des votes : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Article précédentComment investir sur les obligations ?