L’or s’envole et dépasse les 1800$

L’or a connu une hausse spectaculaire, atteignant ses plus hauts depuis 2012. Une tendance haussière directement liée à la crise du Covid-19. La demande pour la valeur refuge dans un monde en récession explose du côté des banques centrales et des investisseurs. Le cours de l’or pourrait atteindre le niveau mythique des 2000$.

807
L'or à son plus haut depuis 2012

L’appétit des banques centrales pour l’or ne faiblit pas

L’or atteint ses plus hauts niveaux depuis 2012. Il arrive contre une résistance à 1800$, record annuel, et il pourrait bien continuer jusqu’à atteindre le niveau des 2000$ l’once. Le métal jaune a enregistré une hausse de 17% à la fin juin.

La résurgence du coronavirus dans plusieurs parties du monde a poussé les banques centrales à poursuivre leurs achats d’or et se constituer de sérieuses réserves en vue de se protéger des fluctuations des monnaies. Les achats du métal précieux par les banques centrales soutiennent les cours.

Il s’agit d’une stratégie économique contribuant à la stabilité financière des pays, notamment des pays émergents. Au mois de mai, des pays comme la Turquie ou l’Ouzbékistan ont acheté des tonnes d’or. « Une monnaie fiduciaire, en conditions extrêmes, n’est acceptée par personne. L’or est toujours accepté », avait déclaré Alan Greenspan, l’ancien patron de la FED.

La plupart des pays émergents qui achètent des avoirs en métal jaune le font dans une volonté de réduire leur dépendance envers les actifs américains, dans ce qu’on appelle une tentative de « dé-dollarisation ».

Les investisseurs multiplient les positions sur le métal jaune

La baisse des taux des banques centrales, ajoutée aux craintes d’une deuxième vague épidémique, sans compter les spéculations autour d’un nouveau conflit commercial sino-américain, poussent les investisseurs à acheter de l’or. Des taux bas, voire négatifs, n’attirent pas les investisseurs vers le marché obligataire ou marché de la dette. Le président de la Réserve fédérale américaine a prévenu que la crise pourrait se prolonger jusqu’à la fin 2021.

Si la résurgence du coronavirus s’accélère, les risques de rechute du marché actions et la grande volatilité de certains actifs pourraient encore renforcer les placements sur la valeur refuge par excellence, qui deviendrait le seul repli attractif.

A lire sur tradesources : “Rebond de l’or en pleine crise de COVID-19

La tendance haussière du métal jaune devrait donc se poursuivre. Les analyses d’experts vont toutes dans ce sens.

Comment investir sur l’or ?

L’or est une matière première unique par rapport aux autres classes d’actifs et bénéficie d’une position spéciale, capable de réduire la volatilité d’un portefeuille d’investissement. Réaliser un placement en or revient à jouer la sécurité. En période d’instabilité mondiale avec plus de 10 millions de cas de coronavirus, l’or fait donc son grand retour dans les stratégies des épargnants.

Acquisition, conservation, revente : la manière la plus aisée d’acquérir de l’or est d’acheter de l’or sous sa forme physique (lingots, pièces d’or etc.). Mais se pose alors la question du stockage.

D’autres options d’investissement sont disponibles, notamment par le biais des banques et courtiers. Certains se dirigeront vers un fonds spécialisé sur l’or, d’autres vers des trackers (fonds indiciels cotés en Bourse, appelés aussi ETF, adossés à l’or) ou encore des produits CFD à risque limité, la manière la plus simple pour réaliser des profits rapidement, via des plateformes de trading en ligne, à condition de maîtriser les risques.