Le Money Management ou l’art de gérer son argent

901
Le Money Management est la technique de trading à maitriser pour survivre en Bourse

Qu’est-ce que le Money Management ?

L’homme d’affaires américain Warren Buffet l’a démocratisé. Désormais, le Money Management est l’une des disciplines les plus appréciées dans le monde de la finance. Une sorte de « manuel de survie » pour tenir sur le long terme en Bourse !
C’est une méthode qui peut être utilisée tant par les investisseurs particuliers, qui effectuent des transactions via des plateformes de trading en ligne, que les traders en salle de marché.

AL_FR_logos_970x250

Quel que soit votre capital, important ou modeste, vous devez toujours anticiper le pire. Si vous comptez durer en Bourse, ne recherchez pas les exploits et essayez toujours d’adapter votre Money Management à votre capital.

Identifier les dépenses prioritaires

La première question qu’un trader doit se poser lorsqu’il applique cette technique est de savoir si toutes ses dépenses sont justifiées. En d’autres termes, la première règle du Money Management est de ne dépenser que ce qui est nécessaire ou présente une garantie de réussite.
À chaque fois que vous exécutez un ordre, demandez-vous combien vous êtes prêt à risquer plutôt que de vous perdre en pronostics sur les profits. Comportez-vous à la façon d’un chef d’entreprise ; chaque euro de votre capital compte.

Lorsque vous avez évalué la part de risque, vous pouvez vous couvrir avec un ordre stop pour vous protéger de pertes éventuelles. Mais il ne s’agit pas non plus d’une garantie.

La deuxième règle est de toujours choisir l’option la plus rentable, c’est-à-dire, d’optimiser le retour sur investissement par rapport au risque pris.
L’objectif ici est de garantir des fonds stables pour une croissance pérenne.

D’après les experts, un bon ratio rendement/risque devrait être fixé autour de 2. Si un trader expérimenté peut se permettre de viser en-dessous, un trader en ligne débutant doit s’efforcer de réaliser des trades avec un ratio de 2.

La diversification, la clé du succès

Les experts financiers sont unanimes : diversifier ses investissements garantit un meilleur retour. Si prioriser ses dépenses est une étape nécessaire, la division de son capital en différentes classes d’actifs en est la suivante afin de booster vos rendements.

Selon le site Café de la Bourse, il ne faut “pas attribuer davantage d’un compartiment à une action, deux à une industrie et trois à un segment à un fonds”.

Une recommandation d’autant plus pertinente que la récession annoncée de 2020 pourrait déclencher l’effondrement de certaines industries au profit d’autres. On parle de la montée des nouvelles technologies, mais dans le même temps d’un recul des sociétés de la Silicon Valley sur le modèle start-up, tels WeWork ou Airbnb.

Une des manières d’appliquer le Money Management est, par exemple, de noter sur une échelle de 1 à 10 l’importance de chaque investissement en gardant à l’esprit la probabilité d’une conjoncture. Si une transaction vous semble risquée, les règles du Money Management vous enjoignent d’y renoncer.

Restez connecté à l’actualité !

Les compétences boursières ne vous suffiront pas pour exceller dans l’art du Money Management. Vous devez rester au diapason de l’actualité financière, des tendances des marchés, lire des analyses techniques.

al_fr_oil_970x250_v2b

Les actualités qui touchent à la géopolitique, les sommets du G7, de l’ONU, de la COP ou encore du FMI sont des incontournables. De grandes décisions y sont prises qui peuvent impacter lourdement les marchés.

Savoir planifier des résultats financiers

Enfin, dernier élément pour pratiquer au mieux le Money Management : la planification. Selon Warren Buffet, les capacités d’un trader en ligne à prévoir les tendances sont aussi importantes que son niveau d’organisation.

Par exemple, projeter les résultats d’intérêts sur des commissions ou bien encore planifier les bénéfices d’une entreprise cotée d’un trimestre à l’autre. En bref, savoir décrypter et prédire l’avenir de la Bourse à partir d’éléments factuels.