Blé en bourse : les espoirs repoussent ?

19

Paradoxe : alors que les craintes de pénuries se sont accumulées ces derniers mois, les cours du blé ont déjà baissé. Explications.

Pourquoi le prix du blé a monté ?

La hausse des cours du blé est en partie liée à la guerre en Ukraine. Au-delà du drame humain sur place, les opinions publiques ont redécouvert ce que l’expression « Ukraine, grenier à grain » signifie. Cela veut dire que l’Ukraine, mais aussi la Russie, sont de très importants fournisseurs de blé. Leurs productions alimentent les marchés du monde entier, pour les hommes, comme pour le bétail.

Or, le conflit entre la Russie et l’Ukraine a bien sûr perturbé l’ensemble de la chaîne de production du blé. Pire encore : le conflit a aussi perturbé les exportations elles-mêmes, lorsque le blé, déjà produit, ne pas sortir du pays. En effet, la précieuse matière première s’est trouvée au cœur des tensions, avec un blocus de la mer Noire imposée par la Russie. La mer Noire est une route maritime d’acheminement du blé vers l’extérieur. Les occidentaux pensent déjà à des solutions d’escortes militaires pour protéger les bateaux ukrainiens, mais craignent un conflit direct avec l’armée russe.

Le 22 juillet, La Russie et l’Ukraine ont signé un accord « d’Istanbul » pour rouvrir les exportations de céréales des ports ukrainiens de la mer Noire. Accord fragile : quelques heures plus tard, des missiles de croisière russes ont été tirés sur les installations céréalières du port d’Odessa.

D’autres États producteurs de blé s’en mêlent

Face au blé qui pourrait se raréfier, d’autres pays exportateurs de blé, comme l’Inde, envisage pour leur part de cesser leurs propres exportations. Les autorités veulent anticiper d’éventuelles pénuries. L’idée est de subvenir aux besoins des populations locales. Des incertitudes pèsent encore sur la durée de cette mesure, en fonction de l’évolution de la situation.

Blé et météo

Pour ne rien arranger, la sècheresse est de retour. En France par exemple, les productions de blés pourraient aussi être affectées par une météo très défavorables, c’est-à-dire bien trop sèches pour assurer une production standard.

Le ministère américain de l’Agriculture a publié un rapport cet été qui anticipe une « diminution des disponibilités mondiales de blé », attribuée surtout à la sécheresse en Europe de l’Ouest, mais aussi bien sûr à la baisse de la production agricole en Ukraine. Guerres et réchauffement climatique sont donc deux facteurs scrutés de près par les analystes financiers.

Un fort pic des prix…mais une surprise !

Les conséquences en bourse ? Les cours du blé ont tout d’abord atteint des records historiques après le déclenchement de la guerre.  Et pourtant…les prix ont grimpé, mais ils sont redescendus illico, effaçant presque la totalité du pic de hausse, comme on peut le voir sur les graphiques de la vidéo.

Pourquoi cette baisse ? En partie parce que les marchés et les acteurs économiques sont plus réactifs que l’on imagine. Certains industriels pensent déjà à des substituts au blé, pour poursuivre leurs activités à des tarifs équivalents.

En conclusion, l’élément à retenir cet été est que l’offre pourrait diminuer…mais la demande aussi. Ce rééquilibrage sera-t-il durable fin 2022 et en 2023 ?

À quel point ce message vous a-t-il été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des votes : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Article précédentInvestir dans les GAFAM : pourquoi et comment ?
Article suivantInvestir en Bourse : comment se préparer mentalement ?
Chercheur et rédacteur spécialisé en finance de marché. Heureux Papa de deux enfants, Sébastien Allois contribue à diverses publications économiques, en français et en anglais. Ses thèmes de prédilection recoupent le Forex et les fonds indiciels.